Pete Doherty - Hamburg Demonstrations

Chronique - Rock - 2016

Sept ans après Grace/Wastelands, Pete Doherty revient le 2 décembre avec « Hamburg demonstrations » son deuxième album solo.

 

Hamburg demonstrations pourquoi ce titre? Peut-être tout simplement parce-qu’il a été enregistré à Hambourg en Allemagne.

 

Artiste Anglais surtout connu pour ses frasques, pourtant sa discographie mérite que l’on s’y attarde. C'est ce que l'on va faire.

 

 

Pour préparer le terrain de ce second LP, il avait sorti le clip de « I don’t love anyone (but you’re not just anyone) ».

 

 

CLIP de "I don't love anyone (but you're not just anyone)" de pete doherty

 

Après une si longue absence en solo, Pete Doherty a-t-il encore des choses à raconter et que vaut cet album ?

 

Kolly kibber morceau sorti auparavant ouvre l’album de fort belle manière avec ses guitares acoustiques qui croisent quelques notes de piano. Certains titres sont entièrement acoustique, plus calme qu’avec les libertines et son aspect poète en ressort et de fort belle manière. Sur « Birdacage », Suzi Martin vient poser sa voix sur le refrain pour un résultat enthousiasmant.

 

 

L’artiste britannique qui vit en France à Melun rend un joli hommage aux victimes du bataclan sur « Hell to pay at the gates of heaven », titre qu’il avait déjà joué sur la scène de la salle de concert après sa réouverture.

 

 

Mon coup de cœur est « Flags from the old regime » magnifique morceau pop dans la plus grande tradition de la musique anglo-saxonne. « I don’t love anyone (but you’re not just anyone) » existe en 2 versions, celle qui passe en radio et une autre plus calme et posé. Quoi qu’il en soit et qu’importe la version ce titre est très réussi et fait partie des sommets de l’album.

 

Le reste du LP, reste dans la même veine (crooner rock) et sans faute de gout. Comme je disais, beaucoup de chansons sont entièrement acoustiques, ne vous attendez pas à retrouver la fureur des Libertines.

 

 

Au final l’artiste anglais prouve que derrière la facette punk rock et rebelle se cache surtout un musicien doté d’un énorme talent d’écriture et de composition qui a réussi à exorciser ses vieux démons.

 

 

 

La note Kulture chroniK : 8.5/10

 

 

 

Les meilleurs morceaux : Kolly kibber

 

                                           Flags from the old regime

 

                                           I don’t love anyone ( but you’re not anyone)

 

 

 

 

 

Hamburg Demonstrations en écoute

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez le sur les réseaux sociaux:

Écrire commentaire

Commentaires: 0