RZA - Ghost dog BO ( version japonaise )

CHRONIQUE TRIP HOP - 2001

Aujourd’hui on inaugure notre nouvelle rubrique « les pépites du passé » consacrée à un album, film ou œuvre d’une manière générale, peu connue, rare, mais pourquoi pas aussi une œuvre qui aurait fait un gros carton à son époque et dont on aurait envie de faire découvrir aux plus jeunes.

 

 « Ghost dog : la voie du samouraï » est un film américain de Jim Jarmusch sorti en 1999 (à voir !) et qui raconte la vie d’un tueur à gage afro américain vivant à la manière des samouraïs du japon médiéval. La Bande original est de RZA ( Wu-tang clan )

 

 

Jim jarmusch a pour habitude de confier ses bandes originales de films à des musiciens qui ne sont pas du milieu du cinéma, Mulatu Astatke (père de l’hetio-jazz), Greenhornes (rock), Neil young (rock), John Lurie ( jazz) et donc cette fois-ci RZA .

 

La bande original du film est disponible en 2 versions . La première est la version internationale qui contient des morceaux de pure hiphop rappés par des membres du Wu-tang clan (ou de proches pour la plupart) inspirés par le film sur des musiques de RZA. Alors que la version qui nous intéresse ici est la version japonaise qui reprend la musique que RZA a faite pour le film, à l’exception des 3 derniers morceaux et qui est dans une veine trip hop/hip hop à dominance instrumental

 

L’album s’ouvre sur le « Ghost Dog Theme », introduction sous fond d’aboiements de chiens, de bruits sourds et de sons de timbales qui mettent directement dans l’ambiance du film.

 

La 2e piste est l’ « Opening Theme (Raise Your Sword  Instrumental) » magnifique morceau en 2 parties dont la musique est reprit sur « Samurai Showdown » tuerie rappé par RZA himself qui a composé pour l’occasion une de ses meilleurs instrus.

 

Cette BO contient 16 pistes, 4 d’entre elles sont rappées par les membres du Wu-tang clan, Fast Shadow (Version 1et 2), Samurai Showdown et Wu-world order et elles sont toutes énormes. Les autres tracks quant à elles, sont des instrumentaux tous plus sublimes les uns que les autres à base de samples de soul et de jazz et de beats lourds et poisseux. Mention spéciale à la numéro 15 sans titre « Untitled #12 »  avec son coté free-jazz.

 

En conclusion, RZA a livré pour cette BO quelques-unes de ses plus belles musiques et une des plus belles bande originale qui soit. La musique nous trotte dans la tête pendant un moment après la dernière écoute et colle parfaitement au film. Hautement recommandé.

 

La note kulture chronik : 10/10

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez le sur les réseaux sociaux:

Écrire commentaire

Commentaires: 0