A TRIBE CALLED QUEST - We Got It From Here ... Thank You 4 Your service

chronique rap us

Pochette de l'album We got it from here de A tribe called quest - rapus - hip hop
Pochette de l'album We got it from here de A tribe called quest

Que ça fait du bien d’entendre un album d’A tribe called quest en 2016, 18 ans après leur dernier album « The love movement ». On est content de les retrouver tels qu’on les avait connu. En terme de musicalité, il n’y a pas de surprises, on retrouve ce subtil mélange de jazz-rap, parsemé de petites touches d’expérimentation.

 

 

 

 

 

Tous les membres sont présent, Q-Tip, Ali, Jarobi, le regretté Phife décédé quelques mois plus tôt ainsi que le dernier membre officieux Busta Rhymes. La liste d’invités est longue, il y a entre autres  Kendrick Lamar, Kanye West, Andre 3000 d’Outkast, Consequence et même Elton John ainsi que Jack White des White stripes présent sur 2 morceaux.

 

 

Le premier morceau « The space program » démarre fort Q-Tip nous sort un flow comme aux plus beaux jours avec son timbre nasillard inimitable. On est de suite rassuré sur la suite des événement, mais en a-t-on douté ?

 

 

On enchaine avec le 2ème titre « We the people », à l’instru puissante qui est aussi le premier morceau clippé.

 

 

 

 

Par la suite on a un excellent « Solid wall of sound » avec Busta Rhymes, Elton John et Jack White avec un magnifique sample de piano. Un très bon « Dis generation » avec ses voix d’enfants.

 

 

Le premier CD se referme sur le superbe et nostalgique «Enough !! » avec son joli sample de voix.

 

Cette première partie est presque un sans faute, on est scotché du début à la fin.

 

 

On passe ensuite à la 2ème galette qui change complétement d’ambiance par rapport au dernier morceau. Sur la 1ère track Busta Rhymes pose un gros couplet, bien énergique comme il savait si bien le faire auparavant.

 

 

The « Killing season » avec Kanye West, Talib Kweli, Consequence commence avec une instru qui sonne « à l’ancienne » avant qui ne vienne s’y greffer un sample qui rend le morceau nostalgique. Un très bon morceau.

 

 

Plus loin on a « Conrad Tokyo » avec un excellent couplet du toujours excellent Kendrick Lamar sur une très bonne instru qui finit sur une touche de free-jazz.

 

 

Sur l’avant dernier morceau « Ego » on retrouve encore une fois Jack White qui ramène sa guitare électrique pour apporter un côté sombre au morceau. Très réussi.

 

 

L’album se termine de belle manière sur « The donald » avec Busta Rhymes qui livre encore un gros couplet .

 

Au final cet album est très bon, excellent même . Les flows des différents rappeurs sont toujours aussi affutés. La première partie est sans doute plus intéressante que la seconde partie qui contient quelques temps morts mais qui reste de bonne facture.

 

La note Kulture ChroniK : 8,5/10

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez le sur les réseaux sociaux:

Écrire commentaire

Commentaires: 0